Défense pénale d’urgence pour les majeurs et les mineurs

Paris (75), Essonne, (91), Hauts-de Seine (92),

Seine-Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94), Seine-et-Marne (77)

Au barreau de Paris, l’inscription sur les liste des avocats commis d’office est conditionnée par la réussite d’un examen théorique et pratique: seuls les avocats volontaires et motivés par les causes à défendre au titre de la commission d’office restent sur ces listes, d’autant plus que le maintien sur ces listes est dépendant du suivi d’une formation continue annuelle.

Me DEBARRE est inscrite sur les listes des avocats commis d’office du Barreau de Paris: elle est membre du Bureau Pénal et de l’Antenne des Mineurs et inscrite sur les listes des commissions de discipline près de la Maison d’Arrêt de LA SANTÉ.

Cela implique l’intervention urgente auprès des clients en garde à vue (GAV), en comparution immédiate (CI), en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), aux interrogatoires de première comparution (IPC) devant les juges d’instruction, les déferrements, les audiences que ce soit pour des procédures correctionnelles ou criminelles au niveau du Tribunal Judiciaire et/ou de la Cour d’Appel.

L’essence de la commission d’office

Être commis d’office permet d’être au contact des personnes les plus défavorisées et les plus stigmatisées. Le challenge est de trouver une défense qui puisse être audible et de se battre pour relaxer les clients qui n’ont manifestement pas commis l’infraction qui leur ait reprochée. De même, il s’agit de défendre des victimes que personne n’entend et de faire valoir leurs droits.

Le rythme de ces interventions permet d’aiguiser les outils de défense et de perfectionner sans cesse les plaidoiries.

L’intervention en commission d’office est l’essence même de la défense pénale, cette défense si essentielle pour apporter un éclairage sur l’humanité des prévenus et la détresse des victimes.

Car, il ne faut pas oublier que même si une personne est coupable des faits qui lui sont reprochés, la peine qui lui sera infligée doit être proportionnelle.

Cette proportionnalité ne peut être appliquée que si l’avocat a permis aux magistrats de comprendre qui était la personne dans le box.

Les conditions de la commission d’office et la différence avec l’aide juridictionnelle

La commission d’office sous-entend que c’est le Bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Paris qui désigne un avocat inscrit sur les listes pour défendre un dossier.

L’aide juridictionnelle est octroyée après le dépôt d’un dossier d’aide juridictionnelle près du bureau d’aide juridictionnelle du Tribunal territorialement compétent et dépend des conditions de revenus du demandeur. À l’occasion de cette demande d’aide juridictionnelle, le demandeur peut désigner un avocat de son choix, sous réserve de l’acceptation de l’avocat.

https://www.justice.fr/simulateurs/aide-juridictionnelle

Me Solène DEBARRE défend donc des personnes mineures et majeures lorsque le Bâtonnier la désigne pour représenter leurs intérêts et accepte de défendre au titre de l’aide juridictionnelle des dossiers auxquels elle a accepté de prêter son concours.