Le bizutage, un délit peu condamné

En ce début d’année, les mêmes rituels immuables se répètent.

Si la plupart des rites d’intégration se font dans la bonne humeur et avec un esprit enfantin, d’autres prennent des tournures dramatiques.

Délit punissable, le bizutage est condamnable au titre des dispositions de l’article 225-16-1 du code pénal.

Pour avertir tant les victimes que les prévenus des conséquences du bizutage, j’ai accepté de donner un bref point de vue juridique dans les colonnes du journal Le Monde.

Vous pouvez accéder à l’article en cliquant sur le lien suivant :

Article de Séverin Graveleau dans le journal Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s